Hypermétropie

Opération de l’Hypermétropie

Hypermétropie

L’hypermétropie est un trouble de la vision courant dans lequel vous pouvez voir clairement les objets éloignés, mais les objets proches peuvent être flous.

Le degré de votre hypermétropie influence votre capacité à faire la mise au point. Les personnes atteintes d’hypermétropie sévère peuvent ne voir clairement que les objets éloignés, tandis que les personnes atteintes d’hypermétropie légère peuvent voir clairement les objets proches.

L’hypermétropie est généralement présente à la naissance et a tendance à se manifester dans les familles. Vous pouvez facilement corriger ce trouble avec des lunettes ou des lentilles de contact. Une autre option de traitement c’est la chirurgie.

Le mécanisme de l'hypermétropie

Contrairement aux myopes qui voient mal les objets éloignés, les hypermétropes ont une vision floue des objets rapprochés. L’hypermétropie se caractérise par la déviation de la rétine en arrière. A titre de rappel, la rétine est la membrane photosensible située au fond de l’orbite visuel. C’est le premier responsable de la détection de la lumière, de la distinction des nuances de couleurs, de la détermination d’une forme et de l’aperçu des mouvements. C’est également la rétine qui nous permet de voir la nuit.

Du point de vue mécanique, c’est elle qui crée l’image reflétée par les rayons lumineux courbés de la cornée (la partie visible et transparente placée sur le blanc de l’œil). L’image est ensuite mise au point par la lentille avant d’être transmise au cerveau.

Dans le cas de l’hypermétropie, l’image d’un objet à proximité (ou les rayons lumineux) se projette en arrière de la rétine au lieu de se former sur elle. La vision devient floue. Par contre, quand un œil hypermétrope fixe un objet éloigné, l’image se focalise sur la rétine, ce qui éclaircit nettement mieux la vision. Plus l’objet est écarté, plus l’hypermétrope voit mieux

Les causes de l'hypermétropie

L’hypermétropie peut être provoquée par trois choses : un œil trop court, une faible puissance des muscles de l’œil et une cornée trop plate.

  • Un œil trop court : dans la plupart des cas génétiques, les yeux géométriquement trop courts possèdent des rétines déviées en arrière. L’image reflétée se concentre sur un point en arrière de la rétine.
  • Une faible puissance des muscles de l’œil : quand une personne hypermétrope possède des muscles assez puissants, elle peut modifier l’image reflétée par la rétine en sollicitant le cristallin. Avec un effort considérable, le cristallin se comprime et se détend, ce qui lui permet de corriger lui-même le défaut. Par contre, si la puissance des muscles est faible, les symptômes de l’anomalie se manifestent et il sera dur de ne pas s’en apercevoir.
  • Une cornée trop plate ou un cristallin trop rigide : quand l’une de ces deux membranes n’est pas assez bombée, elle focalise mal les images de près, ce qui les rend flous et brouillés.

Les symptômes de l'hypermétropie

En plus des difficultés à voir les objets à proximités, les personnes hypermétropes se fatiguent plus facilement les yeux quand la vision de près est trop longtemps sollicitée. Des maux de têtes peuvent également apparaître à l’occasion de ces efforts permanents. 

Qui sont les plus touchés par l’hypermétropie ?

L’hypermétropie touche près de 10 % de la population. Elle peut se manifester chez tout le monde, quel que soit son âge. Mais dans la majorité des cas, ce défaut visuel se présente très tôt chez les enfants, dès que leurs yeux sont trop courts.
Cependant, quand c’est le cas, les symptômes disparaissent avec le temps, car leurs muscles étant en formation, la puissance dioptrique de leurs yeux peut encore se développer.

Par ailleurs, ce défaut visuel peut également se montrer avec le temps, avec l’épaississement et la rigidification du cristallin. Dans ce cas, il est important de distinguer l’hypermétropie de la presbytie.
Cette dernière se caractérise par la perte en souplesse du cristallin et s’exprime inéluctablement à l’arrivée d’un certain âge : vers la quarantaine.
La presbytie est causée par l’évolution naturelle de l’œil et touche près de 100 % de la population. En effet, au cours des années, le cristallin fonctionne de moins en moins bien. Son efficacité diminue d’année en année jusqu’à mal voir les objets de près. Moins il y a de lumière, plus la vision est floue.

Diagnostic et traitement de l’hypermétropie

Pour savoir si une personne est hypermétrope, divers moyens peuvent être utilisés. Tout dépend de la technique du médecin traitant ou de l’ophtalmologue.
Ce que l’on sait qu’il ne marche pas par contre, c’est le tableau de Snellen (une affiche composée de chiffres et de lettres de taille plus ou moins grandes).
Il permet de déceler la myopie, mais non l’Hypermétropie. C’est pour cela qu’un bon nombre de cas n’est pas discerné lors des contrôles médicaux à l’école.

Le diagnostic de l'hypermétropie se fait par :

  • La paralysie du pouvoir de modification du cristallin : grâce à quelques gouttes placées dans l’œil, la véritable potentialité de la rétine se montre.
  • La mesure de la réfraction grâce à un réfracteur.
  • Le test lumineux sur la rétine grâce à un rétinoscope.

Le niveau de l’hypermétropie est ensuite évalué en dioptrie :

  • De 0 à 2 dioptries, l’hypermétropie est faible.
  • De 2 à 6 dioptries : hypermétropie moyenne.
  • De 6 à 20 dioptries : hypermétropie forte.
Une fois le défaut décelé, la personne hypermétrope dispose de deux choix :
  • La correction : port quotidien de dispositifs optiques tels que les lunettes ou les lentilles de contact. Ceux-ci limitent les efforts des hypermétropes.
  • L’opération chirurgicale : au laser ou par implantation de lentille.

Les deux types d'opération chirurgicale de l’hypermétropie :

D’abord, la réalisation d’une chirurgie réfractrice au laser permet de remodeler la forme de la cornée afin qu’elle soit plus courbée. De cette manière, l’image se focalisera bel et bien sur la rétine, ce qui favorise la netteté de celle-ci.

Il existe différentes techniques qui permettent de réaliser la chirurgie au laser. Mais seules deux d’entre elles prennent la tête du classement en termes d’utilisation fréquente : le Femto-LASIK (Kératomileusie In Situ Au Laser) et la Trans-PKR (PhotoKératectomie Réfractive).

Le déroulement de l’opération suit les étapes suivantes : anesthésier les yeux, désinfecter la zone autour de l’œil à opérer, installer un écarteur de paupière et procéder au laser.
Cette opération dure environ 15 minutes et n’engage pas de douleurs post-opératoires. Elle est idéale pour les hypermétropes de 1 à 6 dioptries.

Ensuite, quand le niveau hypermétropie est trop fort (de 6 à 20 dioptries), c’est la chirurgie d’implant intraoculaire qui convient le mieux. Elle consiste à faire une petite incision sur l’œil et à y introduire une lentille. Qu’elle soit placée devant l’iris ou devant le cristallin, la lentille doit être capable de corriger convenablement la focalisation de l’image sur la rétine.
Sa taille et son épaisseur doivent être calculées à l’avance pour qu’elle épouse parfaitement l’œil de l’hypermétrope. Dans ce type d’opération, la récupération est assez rapide.

Les résultats des opérations

Le délai de l’intervention chirurgicale est assez court. Ce qui est plutôt long, par contre, c’est la période de convalescence : la stabilisation de la nouvelle vision et la cicatrisation des yeux. Elle dure environ trois mois.

En ce qui concerne l’évolution de la vision après l’opération, les résultats peuvent être différents d’une personne à une autre. 

Pour les effets à long terme, il importe de constater que la vue de près se dégrade quand même un peu, des années après l’opération. La personne hypermétrope aura alors besoin de lunettes correctrices à faible degré ou d’une petite chirurgie réfractrice afin d’ajuster sa vision et d’y apporter un peu de lumière.

Dans des cas très rares, des effets secondaires peuvent apparaître chez certains hypermétropes. Ils concernent la sècheresse oculaire et le trouble de la qualité de vision.

Conseils et contre-indications

Le coût de la chirurgie n’est pas remboursé par les assurances maladie et la Sécurité sociale. Il convient alors de bien décider le moment de l’intervention et le meilleur type d’opération qui vous convient. La plupart des spécialistes des yeux recommandent la technique Lasik pour rectifier l’hypermétropie.

Pour ce qui est de l’âge idéal pour réaliser l’opération, il n’y a aucune limite ni de condition. Toutefois, si vous approchez de l’âge de la presbytie, il convient de traiter l’hypermétropie œil par œil. Seuls les sujets jeunes sont capables de tenir le choc des deux opérations en même temps : comme leurs organismes sont encore en train de se peaufiner.

Enfin, si vous décidez de vous lancer, soyez attentif aux compétences de l’ophtalmo. Soyez exigeant côté qualité, et prudent côté risques.

Retour à la liste